• + DELIRIOUS
     

    À l'origine, groupe de louange d'une église du Sussex de l'Ouest, en Angleterre, leur popularité grandit. Il s'appelait alors les Cutting Edge (1993-1995). Au moment où ils changent leur nom en Delirious?, ils ont déjà vendu près de 70 000 disques.

    S'ensuit une carrière professionnelle, tant le succès du groupe est grand. Leur premier opus, King of Fools (1997), recèle de tubes qui marquent encore les concerts à ce jour : History Maker, Deeper (single vendu à plus de 30 000 exemplaires). Le suivant, Mezzamorphis (1999), a des influences plus pop, et devient disque d'argent au Canada.

    L'album Glo (2000) marque un tournant, puisqu'il s'agit d'un album exclusivement centré sur la louange. Delirious? revient là à ses origines avec beaucoup de brio, livrant des chants aussi puissants dans les paroles que dans la musique : Investigate, Jesus' Blood, My Glorious, ...

    L'album Audio Lessonover? (2001) est une tentative pour s'introduire dans un marché plus séculier, avec des paroles peut-être moins explicites. Cependant, il rencontra la même opposition des radios que Mezzamorphis.

    World Service (2003) marque un retour aux deux premiers albums, et signe une nouvelle fois des hymnes : Majesty, Here I am, Rain Down. Dans la même lignée, The Mission Bell (2005) rencontre un succès qui marque tous les albums de Delirious?.

    Bien entendu, le live est très important chez Delirious?, quatre CD (Live & in the Can (1996), d:tour 1997 (1999), Access:d (2002), Now is the time (2006)) sont parus et permettent de percevoir l'importance de les voir en concert.

    Delirious? a annoncé sa future séparation à "l'amiable" en 2009.


    votre commentaire
  • http://www.ccli.com/upload/persons/150x150%20martinsmith.jpg

     

    Delirious Part II
    Suite et fin de l'interview de Martin Smith, leader de Delirious
     

    Suite et fin de l'interview de Martin Smith

    parue dans le magazine Live en 2001.

     

    La Liberté… l'essence même du rock c'est d'enfreindre les rêves , et avec l'aide de Dieu, nous pouvons et devons continuer de croire qu'Il peut faire ce qu'Il veut de la musique. Croyons que Dieu chante quand nous jouons et que la musique est une des clés de l'âme, qu'une note peut entraîner les larmes, la joie, l'émotion, le besoin de pardonner, la révélation que nous ne sommes rien sans Dieu. Et comment savoir que c'est vrai ? Parce que Jésus est la Liberté personnifiée. 

    Retour vers le futur. Nous aurons du mal à en croire nos yeux, quand nous verrons comment Dieu va utiliser la musique pour faire fondre le plus dur des cœurs et entraîner une génération entière vers le Salut. J'imagine des églises louant Dieu dans des night-clubs (c'est déjà le cas). J'imagine des gosses débraillés jouant du trash-metal dans leur garage et louant leur Roi. J'imagine le retraité du coin sifflotant les airs de sa dernière cassette d'hymnes, tout en réparant sa vieille Bentley dans son garage. La Liberté. Elle n'a pas de couleur et en même temps toutes les couleurs. Il y a 2 catégories de chansons que l'on peut écrire en tant que chrétien. Des chants sur la lumière et des chants sur ce que l'on voit à travers la lumière. Si vous êtes doués pour composer des chants pour l'assemblée, alors continuez. Si vous préférez parler de la vie et de la société, faites-le aussi. Dans Ezechiel 44.19, il est dit que les prêtres qui assuraient le service dans le temple revêtaient des habits de tous les jours quand ils sortaient sur les places publiques, ce qui veut dire qu'ils adaptaient leur apparence pour se fondre dans le peuple. Nous devons réaliser qu'il y a deux mondes et nous devons adapter notre communication à chacun de ces mondes. 

    Arrêtons la confusion entre ces deux mondes, mais réjouissons-nous de pouvoir adapter « l'emballage » qui contient le message. Voici l'avenir où «deux cœurs battent comme un seul », où la louange n'est pas juste une question de suivre la masse. Mais où l'église devient l'expression de toutes les couleurs de Dieu et un lieu de créativité pour les peintres, sculpteurs, photographes, danseurs, chanteurs d'opéras, humoristes, réalisateurs, stylistes, ingénieurs du son, acteurs, romanciers et bien d'autres encore. Que les enfants découvrent la techno au lieu de la télévision, que les stars découvrent la pureté au lieu de la souffrance. Que l'avenir soit rempli de gens « dans le ministère », pour faire ce pour quoi ils ont été créés et en accomplissant ainsi le plan de Dieu pour leur vie. Que nous puissions réjouir Dieu par notre musique et être présents sur les radios, à l'Opéra de Paris, au Stade de France, dans les Fnac, les Virgin Megastores, le Hit Machine, la Star Académie… 

    Je n'aime pas la tendance actuelle influencée par l'aspect financier qui veut que l'on fasse de la louange parce c'est ce qui se vend. Delirious ? devra toujours faire face à ce dilemme, de vouloir exprimer à l'extérieur ce que nous ressentons à l'intérieur et de produire les albums que nous aimons, tout en sachant que si nous ne vendons pas suffisamment, notre personnel ne sera pas payé. Nous n'arrivons pas toujours à maintenir l'équilibre et la grâce agit quand la balance prenche du mauvais côté. Mais ce qu'il nous faut retenir, c'est que nous devons faire plaisir à Dieu avant de faire plaisir aux hommes. 

    Parce que la musique est subjective pour beaucoup de gens, nous devons aborder les choses avec beaucoup de sagesse : certains ont pensé qu'avec Mezzamorphis, Delirious se jettait dans un monde de débauche, de drogue et de femmes, tandis que d'autres pensaient qu'avec Glo, nous abandonnions notre vision de briller au sein du monde et cherchions l'approbation des ados buveurs de coca et la flatterie des grands-mères ! 

    Nous nous sentons appelés à toucher tout le monde. D'un côté, parce que nous voulons et devons influencer notre culture et d'un autre côté, parce que c'est Jésus qui revient chercher Son épouse et non pas les artistes que vous entendez à la radio. Alors que nous aimons ce qui est fort ou ce qui est discret, soyons libres dans l'amour de Dieu et courons ensemble vers le futur en gardant des yeux émerveillés d'enfants.

     

    RDV dans quelques semaines pour la présentation de « Delirious ? & Hillsongs - Unified Praise» et si vous avez le temps, allez visiter le site des deux groupes (rubrique Music pour Hillsong afin de faire plus amples connaissances.

     

    www.delirious.co.uk

    www.hillsong.com


    votre commentaire
  • http://www.ccli.com/upload/persons/150x150%20martinsmith.jpg

    Delirious Part I
    Interview de Martin Smith sur l'Avenir de la louange moderne 
     
     

    A quelques semaines de la sortie française de l'album Live « Delirious ? & Hillsongs - Unified Praise» (deux des formations musicales chrétiennes les plus talentueuses de ces dernières années), je vous propose une interview de Martin Smith (Leader et chanteur du groupe Delirious ?) parue dans le magazine Live en 2001. Martin était interrogé sur L'avenir de la louange moderne. A l'occasion de la sortie de « Delirious & Hillsongs - Unified Praise» il me semblait intéressant de partager avec vous le point de vue d'un des acteurs de cet album.

     Une journaliste m'a dit un jour qu'elle croyait que Delirious ? détenait la clé de la louange moderne…Il y a deux choses dont je suis sûr. Premièrement, Dieu est digne d'être loué depuis l'aube de la création jusque dans l'éternité. Deuxièmement, Delirious ? ne fait rien d'autre que poursuivre la tâche que Kendrick, Wesley et Haendel ont commencée.
     
    Quand j'entends ce genre d'affirmation, cela me remplit de la crainte de Dieu, car souvenons-nous que nous ne parlons pas de n'importe quel dieu de l'antiquité ou comme le dieu du rock'n'roll- nous parlons de Dieu avec un D majuscule !
     

    Quand les gens pensent qu'Eric Clapton joue comme un dieu, ce qu'ils veulent dire probablement, c'est qu'ils ressentent la présence d'un D majuscule quand il joue. Et c'est ainsi que je comprends le paradoxe et le mystère divin- que Dieu utilise des gens ordinaires, pleins de contradictions, de péchés dissimulés, avec peu de confiance en eux et pas toujours très présentables et pourtant Dieu leur confie les clés de la Gloire. La grâce de jouer une musique qui plaît à Dieu, la grâce qui fait de Dieu notre plus grand fan, celui qui nous encourage en disant :

    « Allez-y, je suis digne d'être loué, je désire changer les vies, chantez avec tout ce que vous avez et marchez avec droiture et révérence devant moi ».
     
    Et cela n'est pas réservé à une élite, mais nous devons tous, vous et moi, nous humilier, laisser Dieu jouer sur les cordes de nos cœurs et réaliser la beauté de notre créateur.
     
    Alors, l'avenir de la louange moderne ? Nous avons adoré Dieu et nous continuerons à le faire, mais la manière changera car Dieu est un dieu de changement et il aime la créativité. Soyons honnêtes, nous faisons tous attention à l'emballage d'un produit quand nous l'achetons. De même, Dieu prend plaisir à la manière dont nous nous présentons, ainsi que notre art. Quand Salomon a construit le temple, il a dressé avec précision les détails de la décoration. Bien sûr la priorité de Dieu était le temple, mail Il a pris un immense plaisir en sa décoration ! Oui, Dieu transforme nos cœurs, mais prenons aussi soin d'accorder nos guitares correctement. Admettons-le : personne n'appelerait un plombier pour réparer sa voiture, alors encourageons les gens là où ils sont doués.
     
    Ce qui me plait le plus c'est la LIBERTE. C'est la vérité qui nous rend libres et nous devons continuer à chanter Jésus comme le seul et unique Sauveur du monde. Même si l'église a perdu son influence dans de nombreux domaines (les médias, la communication…) n'oublions pas que tout ce que nous aimons et croyons de Jésus est vrai. Alors arrêtons de chanter sur « l'effet » que cela nous procure de connaître son amour. Crions la VERITE sur les toits et la vérité c'est que le plus grand homme qui a marché sur cette planète est toujours vivant aujourd'hui. Nous devons craindre Dieu, le Père, car Sa miséricorde a triomphé du jugement. La maladie la plus répandue dans nos églises et à l'extérieur c'est l'incertitude. Nous sommes tellement influencés par cette culture de mélange de religions, que parfois nous ne sommes pas sûrs de qui nous parlons quand nous chantons « Notre Dieu règne encore », ni si nous le croyons vraiment.

    votre commentaire